Depuis l'âge de 5 ans, j'ai eu envie d'être réalisatrice pour faire vivre aux spectateurs les messages et les émotions, que je vivais moi-même lorsque j'allais au cinéma. J'essayais de comprendre le monde à travers les films. Cinéphile passionnée, j'ai passé mon adolescence dans les salles, voyant les classiques et les derniers films. L'esthétique était déjà important pour moi. 
Voici en partie les films et réalisateurs marquant de ma jeunesse, mes inspirations : 

J'ai commencé mes premiers montages vidéos sur cassettes avec le matériel du club-cinéma de la cité.
Après un bac à 17 ans à Grenoble, je suis partie à Paris pour faire une école de cinéma ( BTS) où j'ai appris les métiers techniques et artistiques, l'étude de l'art en général ( peinture, photo). Puis j'ai poursuivi l'analyse de films avec une licence et maitrise en Art et Cinéma, à La Sorbonne, Panthéon 1. Les professeurs étaient Nicole Brenez, spécialiste du cinéma expérimental, Christian Viviani, spécialiste du cinéma américain, Philippe Rouyer, journaliste cinéma, Stephane Lerouge, spécialiste des musiques de films etc...
J'ai obtenu les félicitations du jury, mention Très Bien, pour mon mémoire de fin d'études sur le cinéaste Australien Rolf de Heer : " Portrait du Héros Stigmatisé" 

" Ce mémoire est précieux et unique à ce jour. Ce travail est celui d'une personne engagée intellectuellement mais aussi sur le terrain, à travers un travail de recherches de documents et d'entretiens.  C'est l'équivalent d'un travail de DEA.  Votre réflexion est très précise, voire émouvante.  Vous avez une façon de traiter la société et l'exclusion qui est bouleversante. Vous traitez les sujets avec beaucoup de finesse.  Je suis saisie par la maturité de vos propos. C'est assez rare à votre âge.  Les analyses sont extrement méticuleuses.  J'ai suivi vos avancées et ce qui est étonnant c'est la vitesse avec laquelle vous avez assimilé ces livres, avec laquelle vous maitrisez vos propos. En ce qui concerne la forme, je vous félicite car il est très beau." Nicole Brenez
" Mémoire d'une grande qualité. Votre écriture parait d'une grande sureté.  Vous avez beaucoup de délicatesse sur des sujets difficiles. Votre travail est remarquable sur les analyses et le factuel, c'est un travail très sérieux. Vous avez un côté très humain. En ce qui concerne vos planches d'image, vous avez fait un travail formidable. Comment avez-vous fait pour trouver toutes ces comparaisons entre les plans et les tableaux de peinture ?  Comment avez-vous eu toutes ces idées ?"  Christian Viviani
 

1ere page.jpg


A l'époque, j'ai réalisé un petit documentaire sur l'amnésie antérograde "Egarée", suivi de "félin", un film d'analyse sur les chats au cinéma. 
Puis un portrait  : " La survie des mots" : Charles fut arrêté à Grenoble en 1944 et déporté à Auschwitz. Il raconte aussi son retour à Grenoble après avoir survécu à la marche de la mort. Depuis 62 ans, il garde le silence sur son histoire. Il se confie pour la première fois. Le film a été acheté par le Mémorial de la Shoah. 
Il est possible de voir ce portrait gratuitement en m'envoyant un mail. 

Dès mes 18 ans, j'ai travaillé sur les tournages de films, au début à la régie à faire des sandwich et bloquer l'ascenseur pendant les prises, puis en tant qu'assistante de production en documentaire, assistante réalisateur stagiaire sur des série, et même sur le Club Dorothée, assistante de casting du réalisateur Philippe Lioret, assistante caméra en pellicule et enfin scripte pendant 20 ans sur des long-métrages, des téléfilms, des séries Tv et des court-métrages. J'ai pu ainsi être au coeur des tournages, en lien avec les techniciens et les acteurs. J'ai observé les réalisateurs travailler.
Et j'ai profité des plateaux pour faire des portraits photographiques d'acteurs et des tournages :

Photos sous ©FelinFilms

J'ai proposé mon film murmures à la productrice Stéphanie Douet, Sensito Films, et elle a osé m'accompagner sur mes deux films atypiques, qui n'étaient pas évident à vendre sur le papier. A la suite de Ces Liens Invisibles, j'ai commencé à arrêter de travailler pour les autres, pour laisser plus de place à ma créativité et à ce que je voulais transmettre. Je me suis lancée dans l'aventure du documentaire I Love Therefore I am, parcourant le monde et les rencontres passionnantes pendant 5 ans, pour étudier comment transmettre plus d'amour dans notre société .
 

Le film n'a pas pu aboutir pour des raisons personnelles. Mais il me sert aujourd'hui de base pour l'écriture de mon nouveau film sur l'amour, une fiction cette fois-ci.
Par le biais de films esthétiques, sensoriels et symboliques, je tente d’illustrer comment trouver un sens à sa vie, se libérer du conditionnement, s'aimer, devenir responsable. Libre et soi-même.

Tout mon travail tourne autour de l'Amour, de la vivance versus la peur, l'enfermement intérieur. Participer à l'éveil des consciences.

Plus d'info sur les films sur leurs pages respectives
Je suis membre de l'Académie des Césars.



Parallèlement à ça, on m'a contacté pour faire des ©Tedx " love is not an option"  à Lyon et " Comment je suis passée de la peur à m'ouvrir aux autres " à Orléans. 
Puis des conférences autour du " vivre en soi" et " vivre ensemble". Moi qui était grande timide, ça m'a guéri !

 

4951188.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
Diaporama.003.jpeg

Depuis quelques années, je suis aussi devenue thérapeute psycho-corporel, spécialisée dans le stress post-traumatique (enfant et adulte) : maltraitances, violences sexuelles, accidents, traumatismes divers.
J'accompagne aussi des artistes, des Hypersensibles et des couples. 
J'ai une approche holistique
 qui prend en compte corps-émotions-mental-âme. 

J'ai à coeur d'accompagner les personnes (par mes films et par les thérapies) à dépasser leurs peurs et leurs hontes, pour les aider à exprimer qui ils sont vraiment, aller sur le chemin qui mène à la libération, à l'amour, au changement, à soi.

J'ai eu sur mon passage quelques guides et mentors et je suis heureuse de contribuer à ma façon, en transmettant et partageant ce que j'ai appris et intégré.

Tout le monde peut être fermé, violent, cynique. 
Il faut du courage pour être ouvert, montrer sa vulnérabilité, être authentique, accueillir ses peurs et ses blessures, aimer et accepter d'être aimé.

Aujourd'hui, j'ai trouvé un équilibre en m'adressant à la fois à un grand nombre de personnes (projections de films et conférences) et aux personnes directement, en séance individuelle et ateliers.

FELINFILMS LOGO.jpeg
Réalisatrice, co-productrice, distributrice 
Logo new rond.001.jpeg
Thérapies et ateliers 
tedx.jpg
Conférences